Cheniménil avant 1789



site :

Le village s'étend sur 928 ha dans une vallée arrosée par la Vologne,

à 374 m d'altitude. Le sous-sol de la commune est , comme nous pouvons 

le constater sur la carte géologique suivante, constitué principalement d'alluvions récentes et anciennes. 

 


situation :

Cette commune de l'arrondissement d'Epinal et du canton de Bruyères se 

trouve à mi-chemin entre Bruyères (15km), et Epinal (13km), sur le passage de la route nationale n°159 bis de Lunéville à Belfort et de la départementale n°11 de Lamarche à Munster.

Une station de chemin de fer portant le nom de " Gare de Cheniménil-docelles "

se trouve à 800 m du village. Dans l'avenir, sa relative proximité d'Epinal risque de conférer au village un rôle de cité dortoir proche de la capitale vosgienne.

Au fur et à mesure des années, les villages de Cheniménil et Docelles forment 

une grosse bourgade dans la vallée de la vologne .


origine du nom de cheniménil :

A ce sujet l'instituteur du village écrivait en 1889 :

"Suivant une tradition conservée dans la localité, le mot Cheniménil viendrait des

2 mots "Chesnn" (chêne) et "Ménil" ( groupe de maison).

Le tout signifiant "groupe de maisons situées au milieu des chênes".

Cette interprétations semble disparu, le village en était autrefois couvert .

Les origines de Cheniménil dateraient d'avant le Xème siècle, toutefois

le plus ancien document ou il soit fait mention de notre commune ne date 

que de 1333 . Il s'agit d'une lettre de Dame Simonette de Vaivre au sujet de

laquelle nous reviendrons par la suite . 

Ainsi, le nom du village, au cours des siècles, subi de nombreuses transformations.

En 1156, notre village s'appelait "hameau de Chinumasnil, en 1174, hameau de Cheninmasnil, puis Chemimesny, Chenumesny, Chenumaignil, Chenumesni, Chenumangnil, Chenuznennilz, A.Chevenonmosey, Chenumesnif, Chenumeingny, Chenumaingnil, (1431) Chenumaingny, Chenumagny, Chenulmesnil, Chemimesnilz, Chenymesnil (1518) Chenumesnil, Chenusmesnil, Chenimesnil, (1656) Canummanile (1768) et depuis 1777 : Cheniménil.

Ce qui fait 22 dénominations différentes. A noter qu'il suffisait

parfois de peu de choses par exemple une erreur de transcription sur

un document pour que le village se voit ainsi doté d'une nouvelle dénomination.

 

*Il existe une autre version relative au nom "Cheniménil".

L'éthymologie proviendrait d'un nom d'homme gallo-romain : " catanius",

le terme latin" mansionile" signifiant "ferme" d'où la traduction : "ferme de catanius"

C'est une hypothèse fort plausible que les travaux archéologiques

de la forêt de tannières pourraient bien confirmer.


Mouvement de la population :

Grâce à la courbe ci-jointe annexe qui donne un aperçu de la population

de 1801 à nos jours, nous pouvons faire quelques constatations.

 

1° La population du village s'est accrue de plus de 200 Habitants entre

1811 et 1825. Les raisons d'un tel accroissement semblent mal définies. 

Peut-être cet accroissement coïncide-t-il avec l'ouverture des féculeries.

 

2° La population qui en 1865 était de 1012 Habitants décroit très nettement

jusqu'en 1911. (guerres, épidémies, absence de véritables industries).

 

3° La mise en marche de la filature en 1909 ne crée pas semble-t-il un 

brusque apport d'habitants. Il est fort probable que les premiers ouvriers

furent des habitants du village, les cités destinées à loger les ouvriers 

venus de l'extérieur, ne furent construites que progressivement à partir

de 1911.

De 1911 à 1931, la courbe subit une nette croissance due à l'arrivée de

main-d'œuvre extérieure employée à la filature.

 

4° Nous pouvons également constater que les guerres n'ont pas eu véritablement 

de répercussions sur la population du village. Peu d'habitants

en effet perdirent la vie lors des différentes invasions.

Depuis quelques années, la population du village semble se stabiliser

autour de 1100 habitants, caractéristique du village moyen.